Mesurer son SEO pour ajuster au mieux sa stratégie | Quill

Mesurer son SEO pour ajuster au mieux sa stratégie

Dans la partie trois de notre série sur la stratégie de contenu SEO, nous avions pu voir la fin du tunnel. En effet, notre architecture SEO était établie et le contenu avait pu être publié. Seulement, publier du contenu implique des changements dans la structure de votre site. Comment être sûr de garder ses performances sous contrôle ? Comment suivre et monitorer le SEO de votre site ?

Monitorer les performances SEO de trafic et conversion de votre site

Monitorer un site SEO peut prendre plusieurs formes et souvent, en voulant trop bien faire, on se retrouve avec une montagne de data. Les outils proposent un grand nombre de données à garder à l’œil, mais il faut savoir rester raisonnable devant tous ces graphiques pour éviter de s’éparpiller ou bien perdre du temps.

Au moment de vous lancer dans le monitoring des performances SEO de votre site, il est important de vous concentrer sur vos KPIs initiaux.

Que votre objectif soit le trafic, la notoriété ou encore la conversion, une ou plusieurs parties de votre dashboard final doivent vous donner un état des lieux rapide et clair. Les indicateurs de performance sont principalement :

  • les positions : nombre de mots clés positionnés, les positions, les types de pages réactives…
  • la concurrence : part de voix, nouvelles positions, pertes de positions…
  • le trafic : sessions, impressions par type de pages, en comparaison aux autres sources de trafic…
  • la qualification du trafic : taux de clics, clics sur des formats spécifiques, temps passé, taux de rebond/sortie, nouveaux visiteurs…
  • la conversion : CA, panier moyen, inscriptions, pages vues, appel téléphonique…

Il s’agit ici de monitorer la capacité de votre site à vous apporter du ROI pour constater si votre stratégie SEO est performante. Il est important de penser à segmenter vos analyses en fonction des types de mots-clés : marque et hors marque par exemple, mais aussi des thématiques ou produits/services (qui n’ont pas les mêmes niveaux de marges et donc de rentabilité).

Repère : Ne perdez pas de vue les KPIs et objectifs que vous avez définis au début. On se noie trop souvent dans la data. Vous devez avoir deux outils de pilotage de la performance du trafic : un dashboard macro et des rapports micro. Le 1er sert à présenter les chiffres et les seconds à les justifier !

Source : Outil Myposeo pour la vision d’un Dashboard SEO

 

Monitorer le comportement SEO de votre site

Les indicateurs techniques à prendre en compte lors d’un monitoring sont très nombreux et il est aisé de se perdre dans la data encore une fois. Pour l’éviter, voici quelques-uns des indicateurs les plus pertinents à monitorer :

  • vos pages crawlées/non crawlées et indexées ou non
  • vos pages actives et inactives (pages devant générées de la visite)
  • Le temps de chargement de vos pages
  • Le maillage interne et la diffusion de l’inrank
  • les erreurs techniques
  • Les backlinks
  • la profondeur des pages
  • les logs…

Ces indicateurs vous aideront à suivre la bonne santé de votre SEO, et vous permettront de mettre vos KPIs en perspective de ces données. Pensez aussi à garder vos analyses segmentées en fonction de votre corpus de mots-clés et de vos types de pages : vous gagnez en granularité et ne perdez plus de temps au moment d’isoler un problème et de le résoudre.

Repère : Le choix de votre outil est stratégique pour cette étape. Il ne faut donc pas le négliger dans votre budget. Le monitoring du comportement de votre site permet de justifier des actions sur le site qui peuvent être coûteuses et surtout de mesurer les impacts (donc la rentabilité des actions SEO).

Source : Outil Oncrawl  pour la vision d’un suivi technique SEO

 

Quand et à quelle fréquence réaliser un monitoring SEO ?

La question de “quand monitorer” revient très souvent et chaque expert SEO ou presque aura une réponse différente. Entre ceux qui parlent de se rendre tous les jours dans leurs dashboards pour comparer leurs performances à la veille et ceux qui font un monitoring une fois par trimestre, la marge est énorme.

Tout dépend de votre secteur d’activité et des mouvements dans les pages de Google. Vous devez adapter votre fréquence de monitoring. En général, on fonctionne de la manière suivante :

  • les positions : tous les jours pour les mots clés stratégiques, 1 fois par semaine pour tout le listing et 1 fois par mois pour le récap mensuelle
  • le trafic : tous les jours (on peut mettre en place des alertes de trafic) puis avec un reporting hebdo et mensuel
  • la conversion : idem que le trafic
  • le comportement du site : tous les jours ou deux jours via la Google Search console, 1 fois par semaine sur tout le site

À ne pas oublier !

Lors d’une nouvelle mise en ligne : il faut à la fois suivre le comportement du site (on recette la mise en production), veiller à ce qu’il n’y ait pas de régression du site. Pour les positions et le trafic, il faut suivre le jour J et les jours suivants sur les zones du site concernées.

À chaque update de Google : refaire le tour complet du site à la fois sur la partie technique et sur les performances de ranking et trafic.

 

Soyez en alerte pour intervenir au plus vite ! 

En marge de ces monitorings suivant des interventions, nous recommandons de paramétrer des alertes sur vos KPIs.

La plupart des outils vous permettent de mettre en place ces alertes, vous pouvez ainsi garder à l’œil :

  • une partie de vos performances (trafic, conversions, vues)
  • vos données d’indexation
  • les erreurs HTTP
  • les backlinks toxiques
  • les crawls des robots (ou concurrents)

En mettant en place des notifications sur ces évènements, vous n’aurez pas à vérifier vos performances et votre technique tous les jours et perdre un temps fou.

REPÈRE :Un mot d’ordre, organisation ! Tous vos outils de pilotage doivent être opérationnels donc bien paramétrés. Une mauvaise surprise peut vite arriver. Que ce soit une pénalité non surveillée ou une régression non souhaitée, si vos outils de pilotage ne sont pas paramétrés, vous ne pourrez pas résoudre les problèmes en un claquement de doigts !

 

La veille, la veille et oui toujours la veille SEO !

Votre veille doit se focaliser sur :

  • les mises à jour et publications de Google
  • le suivi d’un ou plusieurs blogs SEO
  • le suivi des actions des concurrents
  • les débats
  • les acteurs sur des secteurs différents
  • les métiers en relation avec le SEO (SEA, UX, digital marketing…)

La veille doit à la fois vous donner les opportunités d’améliorer vos performances grâce aux nouvelles fonctionnalités, mais elle doit surtout vous inspirer ! Ce qui fera la performance et le succès de votre stratégie sera votre capacité vous différencier et aller plus loin que les autres !

 

Retrouvez le replay de notre webinar “Comment réaliser une stratégie de contenu SEO performante” ICI

More posts from the blog

11.06.2020

Contenu optimisé, et au-delà : Comment connaître le succès dans la jungle d’Amazon ?

Lire l'article
07.05.2020

Comment construire l’architecture d’un site web pour un SEO bien bâti ?

Lire l'article
29.04.2020

La recette du chef SEO : Choisir et prioriser ses mots-clés

Lire l'article